Nørbak sur son nouvel album «Flesh To Ashes» et le brillant avenir de la musique

0
95

Nørbak sort son très attendu LP Flesh to Ashes, fin janvier 2021, sur l’empreinte d’Oscar Mulero Enregistrements d'échauffement. Le jeune producteur portugais développe son son depuis son plus jeune âge et a déjà vu des sorties sur des labels établis tels que PoleGroup, Semantica, Modularz, Affin et Float Records, pour n'en citer que quelques-uns. Les explorations sonores de Nørbak vont des royaumes ambiants éthérés, aux pauses expérimentales, en passant par le côté physique de la Techno, comme il l’appelle, où l’artiste trouve son plus grand zèle.

Connu pour sa précision et son son profond, le talent portugais délivre un paysage sonore cosmique lointain avec son premier album, dépassant les limites des répressions actuelles. Le LP Flesh To Ashes gravite entre des coupes sans battements, des battements cassés, des exercices sonores profonds et des armes de piste de danse virtuelles, de planètes inconnues. L'album sort le 29/01/2021 sur vinyle et numérique, Camera étant le titre bonus de la version numérique (voir la tracklist complète ci-dessous). Pour votre plaisir d'écoute, Premières MNMT la piste inquiétante Interference Of Authority.

Dans cette conversation, Nørbak partage avec nous une vision pleine d'espoir pour l'avenir de la musique, son processus de production, ce qui l'inspire à pousser plus loin son son et son travail avec le collectif HAYES, élevant la scène techno au Portugal et au-delà.

Félicitations pour la sortie de votre album! Comment avez-vous conçu l'idée de votre premier album? Comment était le processus de production, dans le contexte actuel difficile de la scène musicale?

Tout d'abord, merci beaucoup pour l'interview! Ce LP a été fait il y a exactement un an, après qu'Oscar m'avait invité à sortir mon premier album sur Warm Up Recordings en août 2019. J'ai toujours voulu faire un album et j'avais déjà des idées, mais j'attendais le bon moment pour viens. C'était la meilleure opportunité que j'aurais pu imaginer. Le concept derrière l'album était très simple pour moi dès le début – un voyage à travers certaines de mes périodes d'artiste, montrant le côté plus profond, le côté expérimental, le côté plus physique, tout en donnant quelques indices sur ce qui va arriver dans le futur. . Je pense qu'un album doit marquer la fin d'un cycle et le début d'un nouveau.

Le processus de production n’a pas beaucoup changé pour cette version, ma musique est réalisée à 100% sur mon ordinateur. Pour cet album, j'ai juste essayé de nouvelles techniques, comme la manipulation de la source sonore avec de nombreux effets. Cet album ne repose pas fortement sur la synthèse (bien que j'en ai fait quelques-uns, sur quelques pistes), mais plutôt sur l'utilisation d'éléments simples, tels que les toms, et de les modifier de manière à ce qu'ils soient à peu près méconnaissables.

Il s'agit de votre deuxième sortie sur le label Warm Up Recordings, dirigé par Oscar Mulero. Comment vous êtes-vous impliquée dans votre travail avec lui et êtes-vous ravi de poursuivre votre collaboration?

J'ai eu l'occasion de parler brièvement avec Oscar pour la première fois après avoir joué mon morceau «Hara», sorti sur Affin, il y a 3 ans. Un an après, j'ai sorti un EP sur Dynamic Reflection et joué beaucoup de morceaux de cet EP, donc nous avons commencé à parler de la possibilité d'une sortie sur Warm Up, et finalement c'est arrivé. J'ai sorti l'EP «Faktor», il y a deux ans sur Warm Up Recordings. Nous avons continué à parler et à échanger de la musique, et un jour je lui ai envoyé un énorme paquet de trucs inédits, que je faisais à l'époque. Il a suggéré cette idée pour un album et bien sûr j'ai dit oui, très reconnaissant de l'opportunité.

Et oui, je suis très enthousiasmé par ce qui va se passer dans le futur. Oscar a beaucoup soutenu mon travail et cette collaboration se poursuivra dans les années à venir, j'en suis sûr. J'ai énormément de respect pour lui.

Le LP sort alors que nous sommes au fond de Lockdown, vol. 2 et à l'aube de 2021, portant le flambeau de l'espoir d'une nouvelle normalité. Votre album sonne comme un voyage passionné à travers de grands stompers absolus et une exploration sonore délicate de coupes sans rythme. Quel côté de l'odyssée techno appréciez-vous le plus et que vous souhaitez approfondir ensuite?

Il est difficile de dire quel style j'aime le plus, car je fais constamment des choses différentes et j'aime chaque style que je fais. L'album reflète ça, je pense que ça varie vraiment avec mon état d'esprit. Cette année, après l'album, je me concentrerai davantage sur l'aspect physique des choses et j'ai déjà quelques sorties programmées, reflétant très bien ce que j'entends par là. Mon son évolue et je suis très content de la direction que je prends.

Le morceau présenté en première sur MNMT s'appelle Interference of Authority – assez sombre, inquiétant et puissant. J'espère vraiment l'entendre bientôt dans un club. Comment le décririez-vous? Le titre a-t-il été inspiré par les bouleversements sociaux?

C’est toujours difficile de décrire un morceau que j’ai fait mais je dirais que votre description est juste, vraiment! J'ai toujours eu cette façon naïve de penser anti-police. Pour être honnête, je ne peux pas vraiment l'expliquer, mais le titre m'est venu à l'esprit à cause de certains événements récents dans le monde, qui impliquaient des forces de police et le manque de respect qu'ils ont parfois envers les citoyens respectueux des lois.

Les noms des morceaux (Genese, Land of Sin, Third Morality, Collective Disbelief) reflètent de nombreuses strates de structuration sociétale et provoquent une nécessaire réinvention de tout ce qu'on nous dit de réprimer. Surtout le titre du LP Flesh to Ashes me parle d'une envie de renaissance et de remise à zéro. Proposez-vous une nouvelle façon de voir la moralité, au-delà de nos compréhensions binaires de base du bien contre le mal? Quelle est la troisième morale?

Excellente question et excellente façon de mettre les choses. Les titres de piste n’ont pas vraiment besoin d’être toujours connectés à la musique elle-même. C'est une belle façon d'exprimer un point de vue, des croyances ou une critique que l'artiste pourrait avoir envers le monde, et je l'ai fait avec les titres de mon album. La troisième morale, en particulier, m'est venue à l'esprit à cause d'un livre de Gerald Heard, que je lisais à l'époque, qui se concentre sur un homme qui «avait trois morales principales, trois idées générales de conduite basées sur les trois images du monde qu'il a réalisées jusqu'à présent». Une lecture inspirante à coup sûr.

En tant qu'artistes que vous admirez, vous mentionnez Jonas Kopp, Régis, Reeko. Quoi ou qui d'autre vous inspire musicalement?

En dehors de la techno, beaucoup de musique m'inspire, principalement des bandes originales de films et quelques groupes et artistes que je suis. En ce moment, de nombreux nouveaux talents m'inspirent pour continuer à pousser mon son aussi loin que possible. Certains de ces artistes sont Divide, Oisel et Quelza, par exemple. Comme je l'ai déjà dit, l'avenir est entre de bonnes mains et beaucoup de bonne musique sort, malgré les temps étranges dans lesquels nous vivons, à la fois musicalement et socialement. Outre la musique, il y a des choses simples qui m'inspirent – des films, des livres (je ne lis pas beaucoup mais quand je le fais, je me déplace facilement), des conversations avec des amis ou des moments spéciaux dont j'ai été témoin.

Vous voyez-vous rester au Portugal, où vous êtes basé, et travailler sur le développement de la scène Techno là-bas? Pouvez-vous en dire plus sur le projet Hayes?

Je suis sûr que je resterai au Portugal pendant de nombreuses années, j'aime ça ici. C’est calme et tranquille et il y a encore du travail à faire ici. C’est pourquoi je suis si heureux de diriger Label HAYES avec mes camarades VIL, Autrane, CRAVO, Enkō et Temudo. Nous avons vraiment déployé beaucoup d'efforts pour créer une scène techno portugaise, en sortant de la musique de nouveaux talents portugais tels que Fresko et VHS.

Nous réalisons des vitrines à travers le pays et proposons quelque chose de nouveau sur le plan artistique, avec une musique et un art qui incarnent notre vision. L’avenir s’annonce radieux et nous continuerons d’insister. Nous aimons vraiment ce que nous faisons et nous voulons faire du Portugal un point de repère de la scène techno européenne.

De plus, beaucoup de choses passionnantes se passent avec notre label – des artistes très intéressants feront leurs débuts sur Hayes, toute l'équipe (VIL, CRAVO, Enkō, Autrane, Temudo et moi-même) sortiront leur propre EP solo sur le label. De plus, nous publierons enfin un nouveau Vinyl, une VA avec certains des membres principaux. Bien sûr, j'aimerais aussi faire une nouvelle tournée et partager ma musique avec le monde. J'ai bien peur que cela prenne encore quelques mois, mais ça va, je peux attendre encore un peu. Je suis sûr à 100% que 2021 sera meilleur que 2020 dans tous les aspects.

https://hayescollective.bandcamp.com/

La piste numérique bonus de votre album s'appelle Camera – une pièce cinématographique très obscure et engloutissante. Se rapporte définitivement à l'odyssée spatiale que vous décrivez avec cet album. Je trouve que prendre des photos est actuellement un peu difficile, à cause des paysages répétitifs auxquels nous sommes confrontés. En même temps, il est motivant de regarder les choses d'une nouvelle manière et de rechercher des moments dignes d'être capturés dans le banal. Qu'est-ce qui retient actuellement votre attention et rafraîchit vos lentilles créatives?

Merci pour les gentils mots à propos de cette piste. Cela peut ne pas sembler mais beaucoup de traitement et de travail ont été consacrés à cette piste, donc c'est agréable de voir quelqu'un prendre le temps de l'apprécier. Récemment, je me suis lentement lancé dans la photographie et cela m'inspire beaucoup, car j'aime apprendre de nouvelles choses et accepter de nouveaux défis. Je dirais que la musique reste ma principale source d’inspiration. Dernièrement, j’ai écouté de la musique de Rolly Porter, Burial, Telefon Tel Aviv, The Soft Moon et Colin Stetson, par exemple. De la bonne musique de tous, ils m'inspirent tous bien qu'ils soient de genres différents. Il y a aussi de nombreux films qui affectent ma créativité, par exemple «Possesseur».

Qu'attendez-vous en 2021?

Tout d'abord, la sortie de l'album. J'espère que tout le monde l'appréciera, autant que je l'ai fait. J'aurai aussi quelques sorties à venir après cela – un EP de collaboration très spécial avec Pfirter, mon retour à Soma Records, et quelques autres sorties dont je ne peux pas encore parler.

Acheter Flesh To Ashes sur Bandcamp


(soundcloud url="https://api.soundcloud.com/tracks/730723984" params="color=#ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&show_teaser=true" width="100%" height="166" iframe="true" /)

Assurez-vous d'écouter Podcast de Nørbak pour Monument et suivez l'artiste sur son Facebook, Instagram et SoundCloud pages, pour suivre ses projets et sorties à venir.

Acheter sur Bandcamp

Nom de l'artiste: Nørbak
Nom de la version: Flesh To Ashes LP
Liste des pistes:

Vinyle
A1. Intro
A2. Genese
A3. Éthique de la franchise
B1. Incrédulité collective
B2. Valeur runique
C1. Chair en cendres
C2. Ingérence de l'autorité
D1. Terre de péché
D2. La troisième morale

Numérique
1. Introduction
2. Genèse
3. Éthique de la franchise
4. Incrédulité collective
5. Valeur runique
6. Chair en cendres
7. Ingérence de l'autorité
8. Terre du péché
9. La troisième morale
10. Caméra




Source link